mercredi

BREAKING- 'Give us our money!' EU president in shock Newsnight demand: £...

BREAKING - Merkel must go! Calls for German Chancellor to be ousted just...

Le représentant de la Corée du Nord à l’ONU, une guerre nucléaire pourra...

Le 16 octobre, lors de la réunion de l’assemblée générale de l’ONU sur le désarmement, l’ambassadeur adjoint de la Corée du Nord auprès des Nations unies, Kim In-ryong, a exprimé son inquiétude concernant les tensions qui minent les relations entre la Corée du Nord et les Etats-Unis. Il a souligné que le déploiement d’un missile balistique intercontinental était un mécanisme de légitime défense contre la menace américaine.

vendredi

Trump fully aligned with the deep state again, threatens Venezuela with invasion!


12 August, 2017 Craziness, cynicism, audacity, and hypocricy, reached record levels for the US imperialists under Trump presidency after the new direct threat against Venezuela this time. As RT reported: The crisis in Venezuela could prompt a US military response, President Donald Trump has told reporters. The Pentagon, however, has reportedly not been directed on any such plans. On Friday, Trump appeared outside his golf club in Bedminster, New Jersey, alongside Secretary of State Rex Tillerson and US Ambassador to the UN Nikki Haley, where he told reporters that he had “many options” for responding to the Venezuelan crisis. “The people are suffering and they are dying. We have many options for Venezuela including a possible military option if necessary,” Trump said, according to Reuters. Trump called Venezuelan President Nicolas Maduro a “dictator” and blamed him for the humanitarian situation in the country. Trump did not elaborate as to whether American troops would be leading the military option. “We don't talk about it,” he said. “But a military operation, a military option, is certainly something we could pursue.” The US military, however, has not been instructed to provide that option. “The Pentagon has received no orders,” Department of Defense spokesperson Eric Pahon told Reuters. Venezuela’s defense minister, Vladimir Padrilo, denounced Trump’s talk of a possible military intervention, labelling it “an act of craziness,” speaking to state TV on Friday evening, as cited by Reuters. The country's Communications Minister Ernesto Villegas also called Trump's statement "an unprecedented threat to national sovereignty" in a state TV interview. Thursday evening, Maduro addressed the 545 members of the new Venezuelan Constituent Assembly and said he wants a relationship with the US. Maduro reached out, saying, “Mr. Donald Trump, here is my hand,” the Washington Post reported. Meanwhile, the White House claimed it had declined a request by Maduro to have a phone call with Trump, accusing the Venezuelan government of not “heeding the call” to stop alleged human rights violations. Full report: https://www.rt.com/usa/399368-trump-maduro-venezuela-military-option/ It seems that Venezuela has indeed huge oil reserves. Much more than anyone can imagine ...

mercredi

Comment le monde pourrait finir. (Consortium News)


Comment le monde pourrait finir. (Consortium News) 10 août 2017 Réseau International Comment le monde pourrait finir. (Consortium News) Partager la publication "Comment le monde pourrait finir. (Consortium News)" Par John PILGER Le capitaine du sous-marin américain dit : « Nous devons tous mourir un jour, tôt ou tard. Le problème a toujours été que vous n’êtes jamais prêt, parce que vous ne savez pas quand cela se produira. Eh bien, maintenant nous le savons et il n’y a rien que nous puissions faire. » Il dit qu’il sera mort d’ici septembre. Il faudra environ une semaine pour mourir, même si personne ne peut en être certain. Ce sont les animaux qui survivent le plus longtemps. La guerre n’a duré qu’un mois. Les protagonistes furent les États-Unis, la Russie et la Chine. Il n’est pas clair si elle fut déclenchée par accident ou par erreur. Il n’y eut pas de vainqueur. L’hémisphère nord est à présent contaminé et sans vie. Un rideau de radioactivité se déplace vers le sud en direction de l’Australie et la Nouvelle-Zélande, l’Afrique Australe et l’Amérique du Sud. En septembre, les dernières villes, villes et villages succomberont. Comme au nord, la plupart des bâtiments resteront intacts, certains éclairés par les derniers scintillements de lumière électrique. C’est ainsi que le monde prend fin Pas dans une explosion, mais dans un murmure. Ces lignes tirées du poème de T.S. Eliot The Hollow Men [Les Hommes Creux] apparaissent au début du roman de Nevil Shute On the Beach, qui m’a laissé au bord des larmes. Les critiques imprimées en dernière de couverture disent la même chose. Publié en 1957, au plus fort de la guerre froide lorsque trop d’écrivains étaient silencieux ou intimidés, ce livre est un chef-d’œuvre. Au début, le style suggère qu’on a affaire à une relique raffinée ; mais rien de ce que j’ai lu sur la guerre nucléaire et ses dangers n’est aussi poignant. Un livre à lire de toute urgence. Certains se souviendront du film hollywoodien en noir et blanc avec Gregory Peck dans le rôle d’un commandant de la marine US qui emmène son sous-marin en Australie pour attendre que la chape silencieuse et invisible retombe sur les derniers vestiges de vie sur terre. J’ai lu On the Beach pour la première fois l’autre jour, en terminant la lecture au moment où le Congrès des États-Unis adoptait une loi pour mener une guerre économique contre la Russie, la deuxième puissance nucléaire au monde. Il n’y avait aucune justification pour une telle folie, sinon la promesse d’un pillage. Viser la guerre chaude Les « sanctions » visent aussi l’Europe, principalement l’Allemagne, qui dépend du gaz naturel russe et des entreprises européennes qui font des affaires légitimes avec la Russie. Lors de ce qui fut présenté comme un débat au Capitole, les sénateurs les plus atroces n’ont laissé aucun doute que l’embargo avait été conçu pour obliger l’Europe à importer du gaz américain coûteux. Leur objectif principal semble être une guerre – une vraie guerre. Une provocation aussi extrême ne peut suggérer autre chose. Ils semblent l’appeler de leurs voeux, même si les Américains ont peu d’idée de ce qu’est la guerre. La guerre civile de 1861-65 fut la dernière sur leur sol. La guerre, c’est ce que les États-Unis font aux autres. Seule nation à avoir utilisé des armes nucléaires contre des êtres humains, ils ont depuis détruit des dizaines de gouvernements, dont beaucoup étaient des démocraties et détruit des sociétés entières : le nombre de morts en Irak ne représente qu’une fraction du carnage en Indochine, que le président Reagan appelait « Une cause noble » et le président Obama révisa comme la tragédie d’un « peuple exceptionnel ». Ce n’est pas des Vietnamiens qu’il parlait. L’année dernière, alors que je tournais un documentaire au Lincoln Memorial à Washington, j’ai entendu un guide du Service des parcs nationaux s’adresser à un groupe scolaire composé de jeunes adolescents. « Écoutez », leur a-t-il dit. « Nous avons perdu 58 000 jeunes soldats au Vietnam, et ils sont morts pour défendre votre liberté ». D’un coup, la vérité fut inversée. Aucune liberté ne fut défendue là-bas. La liberté fut détruite. Une nation paysanne fut envahie et des millions de personnes tuées, mutilées, dépossédées, empoisonnées ; 60 000 des envahisseurs se sont suicidés. Écoutez, en effet. Chaque nouvelle génération subit une lobotomie. Les faits sont occultés. L’histoire est excisée et remplacée par ce que le magazine Time appelle « un présent éternel ». Harold Pinter l’a décrit comme « la manipulation du pouvoir dans le monde entier, qui avançant masqué comme une force du bien universel, un acte d’hypnose brillant, et même génial, très réussi [ qui signifie ] que cela ne s’est jamais produit. Rien ne s’est jamais produit. Même lorsque cela se produisait, il ne se produisait rien. Ce n’était pas grave. Ce n’était pas intéressant. » Ceux qui se disent libéraux ou tendancieusement « de gauche » participent avec enthousiasme à cette manipulation, et à son lavage de cerveau, qui aujourd’hui se résument à un seul nom : Trump. Trump est fou, un fasciste, l’idiot de la Russie. Il est aussi un cadeau pour les « cerveaux libéraux décapés dans le formaldéhyde de la politique d’identité », comme l’a magistralement écrit Luciana Bohne. L’obsession pour Trump, l’homme – et pas de Trump le symptôme ou la caricature d’un système qui perdure – constitue un grand danger pour nous tous. Médias narcissiques A la poursuite de leurs agendas anti-russes fossilisés, les médias narcissiques tels que le Washington Post, la BBC et The Guardian évacuent l’essence de l’histoire politique la plus importante de notre époque tandis qu’ils battent les tambours de la guerre avec une ardeur que je n’ai jamais connu auparavant. Le 3 août, et contraste avec l’énorme couverture accordée par le Guardian aux radotages sur une conspiration entre les Russes et Trump (qui rappelle les calomnies de l’extrême-droite accusant John Kennedy d’être un « agent soviétique »), un article était enfoui en page 16 et annonçait que le président des États-Unis avait été contraint de signer un projet de loi du Congrès déclarant une guerre économique à la Russie. Contrairement aux autres séances de signature de Trump, celle-ci fut menée discrètement et fut accompagnée d’une réserve émise par Trump lui-même précisant que le texte était « à l’évidence anticonstitutionnel ». Un coup d’état contre l’occupant de la Maison Blanche est en cours. Pas parce que c’est un type odieux, mais parce qu’il a constamment rappelé qu’il ne voulait pas de guerre avec la Russie. Cet éclair de lucidité, ou de simple pragmatisme, constitue un anathème aux yeux des gestionnaires de la « sécurité nationale » qui montent la garde autour d’un système basé sur la guerre, la surveillance, les armements, les menaces et le capitalisme extrême. Martin Luther King les appelait « les plus grands pourvoyeurs de violence dans monde aujourd’hui ». Ils ont encerclé la Russie et la Chine avec des missiles et un arsenal nucléaire. Ils ont utilisé les néonazis pour installer un régime instable et agressif sur la « frontière » de la Russie – la voie par laquelle Hitler a envahi le pays, ce qui a causé la mort de 27 millions de personnes. Leur but est de démembrer la Fédération de Russie moderne. En réponse, Vladimir Poutine emploie sans cesse le mot « partenariat » – et tout ce qui pourrait arrêter cette poussée guerrière mystique aux États-Unis. L’incrédulité en Russie s’est peut-être déjà transformée en peur et peut-être même en une certaine détermination. Les Russes ont certainement des plans de ripostes nucléaires. Les exercices de raids aériens ne sont pas rares. Leur histoire leur dit de se préparer. La menace est double. D’abord la Russie, ensuite la Chine. Les États-Unis viennent de terminer un énorme exercice militaire avec l’Australie, connu sous le nom de Talisman Saber. Ils ont simulé un blocus du détroit de Malacca et de la mer de Chine méridionale, à travers lequel passent les lignes de vie économiques de la Chine. L’amiral américain commandant la flotte du Pacifique a déclaré que « si nécessaire », il déclencherait le feu nucléaire sur la Chine. Le fait qu’il puisse dire une telle chose publiquement et dans l’ambiance sordide actuelle donne du poids à la fiction de Nevil Shute. Faire taire les journalistes dissidents Rien de tout cela n’est nouveau. Mais aucune connexion n’est établie alors que nous commémorons la sanglante bataille de Passchendaele, il y a un siècle [1ère Guerre Mondiale – Ndt]. Les journalisme honnête est mal vu dans la plupart des médias. Les brasseurs de vent, connus sous le nom d’experts, dominent : les éditeurs sont des gestionnaires d’infotainment [contraction des termes anglais « information » et « divertissement » – NdT] ou gardiens de la ligne officielle du Parti. Là où il y avait des secrétaires de rédaction, il n’y a plus qu’une débauche de clichés agressifs. Les journalistes qui refusent de s’y conformer sont éjectés. L’urgence du moment a connu de nombreux précédents. Dans mon film The Coming War on China, John Bordne, membre d’un équipage de combat de missiles de l’Armée de l’Air basée à Okinawa au Japon, décrit comment, en 1962, lors de la crise des missiles cubains, lui et ses collègues avaient reçu l’ordre de lancer « tous les missiles » contenus dans les silos. Dotés de têtes nucléaires, les missiles visaient à la fois la Chine et la Russie. Un officier subalterne a contesté l’ordre et l’ordre fut finalement annulé – mais seulement après que des revolvers de service aient été pointés sur d’autres membres de l’équipage avec ordre de tirer s’ils ne reculaient pas. Au plus fort de la guerre froide, l’hystérie anticommuniste aux États-Unis était telle que les fonctionnaires des États-Unis qui travaillaient en Chine étaient accusés de trahison et virés. En 1957, l’année où Shute écrivait On the Beach, plus aucun fonctionnaire du Département d’Etat ne parlait la langue de la nation la plus peuplée du monde. Ceux qui parlaient le mandarin avaient été purgés sous des prétextes qui ne sont pas sans rappeler les clauses contenues dans le projet de loi du Congrès qui vient d’être adopté et qui vise la Russie. Cette loi est bipartite. Il n’y a pas de différence fondamentale entre les Démocrates et les Républicains. Les termes « gauche » et « droite » n’ont aucun sens. La plupart des guerres modernes des Etats-Unis n’ont pas été déclenchées par des conservateurs mais par des Démocrates libéraux. Lorsque Obama a quitté son poste de président, il avait présidé à sept guerres, dont la guerre la plus longue que les Etats-Unis ont connue, et à une campagne sans précédent d’exécutions extrajudiciaires – des assassinats – par des drones. Au cours de sa dernière année de mandat, selon une étude du Conseil des Affaires Etrangères, Obama, le « guerrier libéral réticent », a fait larguer 26171 bombes – trois bombes par heure, 24 heures sur 24. Ayant promis d’aider à « débarrasser le monde » des armes nucléaires, le lauréat du prix Nobel de la Paix a construit plus d’ogives nucléaires que n’importe quel président depuis la guerre froide. Trump est un minable en comparaison. C’est Obama – avec sa secrétaire d’Etat Hillary Clinton à ses côtés – qui a détruit la Libye et provoqué la ruée humaine vers l’Europe. Aux Etats-Unis, les groupes de défense des immigrés l’appelaient « déporteur-en-chef ». L’un des derniers actes de Obama en tant que président a été de signer une loi qui accorde le montant record de 618 milliards de dollars au Pentagone, reflétant l’ascendance du militarisme fasciste dans la gouvernance des États-Unis. Trump l’a approuvé. Caché dans le texte de cette loi se trouve la création d’un « Centre d’Analyse de l’Information et de Riposte ». Il s’agit d’un Ministère de la Vérité. Il est chargé de fournir un « récit officiel des faits » qui nous préparera à la possibilité réelle d’une guerre nucléaire – si nous les laissons faire. John Pilger https://consortiumnews.com/2017/08/04/how-the-world-may-end/ Traduction « et hop ! une bouteille à la mer de plus » par VD pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles. source: https://www.legrandsoir.info/comment-le-monde-pourrait-finir-consortium-news.html Partager la publication "Comment le monde pourrait finir. (Consortium News)"

vendredi

les USA provoquent l’Iran

Ajoutée le 27 juil. 2017 Tensions US/Iran : ce que fait la marine américaine dans le golfe Persique soulève une question majeure Un expert militaire russe, Dmitri Litovkine a souligné que le golfe Persique n’était pas la chasse gardée de la marine américaine. http://ptv.io/2RAn

jeudi

Une catastrophe mondiale est orchestrée par les élites


« Il y a beaucoup de choses que le président ne sait pas » Par Jeremiah Johnson – Le 24 avril 2017 – Source Shift Plan puppet-master1 Suivre l’argent est toujours l’élément clé et crucial pour déterminer « la cause probable / le modus operandi » des actions des globalistes. Bien qu’il y en a beaucoup qui croient que le président Trump est la panacée à tous nos problèmes, ils peuvent tout de même admettre qu’il y a des forces autres que le président qui conduisent notre pays, ainsi que le monde. La cabale sombre des globalistes, des Bilderbergers, des banquiers et d’autres organisations secrètes engagées dans une « union » de contrôle totalitaire sont presque trop nombreuses pour les compter. Il y a beaucoup de choses que le président ignore. C’est intentionnel de la part des intérêts monétaires qui contrôlent le tissu même de notre société. Les intérêts sont des entreprises, des politiques et des religieux : un niveau de contrôle à trois niveaux sur toutes les facettes de la société humaine. Tout comme un individu ne peut pas « dominer » l’un de ces secteurs, les secteurs eux-mêmes ne peuvent pas dominer. Ils sont forcés dans une relation symbiotique enracinée dans le commensalisme, où chacun de ces « parasites » profite aux deux autres. Le problème réside dans le fait que derrière ces intérêts, il y a des élites qui croient en l’imposition forcée de leurs philosophies aux masses. Ils croient également pouvoir « abattre sélectivement le troupeau » et maintenir une population servile à des niveaux minimaux pour mener à bien le travail domestique et la production industrielle (les Delta et les Epsilon du livre Le meilleur des mondes de Huxley) sous leur direction. Patiemment, ces élitistes attendaient le jour où leur société « 1984 » sera une réalité, travaillant à ce projet et l’élaborant depuis des décennies. Le poids de l’humanité pose un problème, car ils ne peuvent pas éradiquer efficacement tout ce qui est en trop sans une épidémie ou une guerre à grande échelle, mais après un tel événement, la planète elle-même pourrait être invivable. La question clé pour eux : comment tuer environ 6 à 7 milliards et demi de personnes sans détruire le monde ? Le moyen le plus efficace serait une guerre nucléaire limitée qui détruirait assez d’objectifs importants pour minimiser l’efficacité des grandes puissances dans une après-guerre, d’une manière qui n’irradie pas la plupart des nations belligérantes. La clé de l’équation complète est de supprimer les États-Unis. L’EMP (impulsion électromagnétique) est l’arme de choix. Cela paralyserait toute l’infrastructure, conduisant (comme décrit avec tant d’éloquence dans le livre One Second After) à des décès massifs et à la réduction des populations à des niveaux de société préindustrielle. Les communautés de l’élite vivant dans des zones blindées et avec des stocks pourraient simplement s’asseoir et laisser les populations se détruire et réduire naturellement leur poids. Après un temps (probablement déjà estimé et prédéterminé), les forces mercenaires des élites pourraient émerger pour nettoyer ceux qui resteraient, les asservir et les soumettre complètement. La question n’est pas de savoir si c’est en cours : ça l’est. Les élites suivent des plans révélés dans le rapport de Iron Mountain et les intérêts de l’argent ont élaboré leurs plans bien avant que le Colonel House n’écrivît Philip Dru, administrateur, alors que lui et Wilson [et d’autres, NdT] avaient créé la Réserve fédérale et avaient planté les racines de ce cancer si omniprésent et sous-jacent au mince placage recouvrant notre fausse société de consommation. Les nombreux articles sur les millionnaires et les milliardaires qui forment des « communautés intentionnelles » et des complexes pour survivre à un événement apocalyptique / effondrement de la société, ne sont pas inexacts. Les rapports répandus sur les complexes de tunnels, les livraisons directes par camions et le détournement de ressources gouvernementales financées par les contribuables vers des sites secrets aux États-Unis ne sont pas inexacts. Jesse Ventura enquêtait sur beaucoup de ces questions avant que les intérêts de l’argent ne mettent fin à ses actions et qu’il se retire sans fanfare. Tous ceux qui ont exposé ces faits ou menacé de les exposer ont été marginalisés ou détruits. Tout comme les gens recherchent « le » héros, ils sont également facilement manipulés pour se concentrer sur « le » méchant, comme Kim Jong-un ou Bachar al-Assad. Remplacez le nom « Emmanuel Goldstein » pour l’un d’entre eux avant les deux minutes de la haine. Avance rapide jusqu’à maintenant. En bout de ligne, lorsque différents facteurs se conjuguent « par coïncidence », la probabilité d’action des élites et le point de non retour sont augmentés de façon exponentielle. Ils n’y sont pas encore ; ils n’y seront pas jusqu’à ce qu’ils soient certains qu’ils peuvent le faire, mais ils finiront par monter une pièce de théâtre pour cela. Ces courtiers en pouvoir ne s’engagent pas sur un pari à moins d’être sûrs de leur victoire. Pour cette raison, il est important de surveiller les points chauds parmi ces éléments convergents pour savoir quand quelque chose est susceptible de se produire : lorsque la possibilité existe, alors la probabilité augmente. L’un de ces points de convergence, c’est cette semaine. Les Nord-Coréens sont censés tester un autre dispositif nucléaire vers le 25 du mois. « Par coïncidence », l’« exercice EMP » appelé Opération Gotham Shield devrait se terminer le 25 avril et durer peut-être un peu plus longtemps. Par coïncidence, il y a eu une panne de courant dans trois villes différentes : San Francisco, Los Angeles et New York jeudi. Par coïncidence, les bombardiers russes et les avions espions ont effectué des vols tests le long de la côte de l’Alaska, pendant quatre jours consécutifs, et les États-Unis et même le Canada ont envoyé des jets pour les intercepter. Par coïncidence, les Russes prétendent avoir des dispositifs électroniques avec un effet de type EMP, déjà utilisé contre l’USS Donald Cook, un destroyer portant des missiles guidés Tomahawk en novembre 2014. Par coïncidence, l’armada navale américaine devrait arriver dans les eaux au large de la côte coréenne le 26 avril… exactement au moment de l’exercice EMP de l’« Opération Gotham Shield ». Tous ces facteurs indiquent une opération sous faux drapeau. Si l’occasion d’exécuter un tel drapeau faux se produit, ils s’en saisiront. De nombreux trolls tentent de dénigrer cette idée… Une foule de gens disant que « rien n’est encore arrivé, donc rien ne se passera ». Ceux qui sont tellement convaincus que tout cela n’est que du « porno de la peur » ou un « faux » d’une façon ou d’une autre… ne tenez pas compte de ces informations « improductives » et peut-être « rémunérées ». Le but final est de savoir ce qui se passe et d’essayer de survivre. Sois ce « dixième homme » décrit dans le film World War Z, et considère ce que le troupeau a été conditionné à ne pas considérer, et cela pourrait améliorer tes chances de survie à ce qui arrive : ce que les élites ont prévu et vont déclencher avec une opération sous faux drapeau. Peu importe à quel point cela semble improbable, le dixième homme doit commencer à penser en supposant que les neuf autres ont tort. Jeremiah Johnson est le nom de plume d’un béret vert à la retraite des forces spéciales de l’armée des États-Unis (Airborne). M. Johnson est également un Gunsmith, un Herboriste Master Certifié, un Montana Master Food Preserver, et un diplômé de l’Ecole SERE de l’armée américaine (Survival Evasion Resistance Escape). Il vit dans une cabane dans les montagnes de l’ouest du Montana avec sa femme et ses trois chats. Note du Saker Francophone Fort heureusement, les prévisions de cet auteur ne se sont pas réalisées mais l'article en lui-même énonce quelques principes : - Seul un faible pourcentage de gens pensent hors de la matrice et encore moins d'entre eux résistent à l'envie de croire à d'autres théories qui noient les informations utiles par excès de zèle. Question : lesquelles ? - Il faut surveiller les exercices, car ils sont souvent le signal d'une opération réelle qui pirate l'exercice même si nous nous souvenons de Jade Helm il y a un an qui n'avait débouché sur rien. - La question du partage des ressources est très pertinente d'autant que la robolution permet de se passer de nos bras. À chacun de réfléchir à différents scénarios car devant la complexité des possibles, il n'y aura pas d'alerte même des anti-systèmes, tout au plus quelques heures, si tant est que quelque chose d'énorme arrive vraiment un jour. Traduit par Hervé, vérifié par Julie, relu par M pour le Saker Francophone

jeudi

'Major, major war' Trump admits conflict with North Korea may now be ine...

Crimson Tide - Theme Song

reflets: �� World War 3 News Alert - Global Conflicts Spiraling Out of Control

reflets: �� World War 3 News Alert - Global Conflicts Spiraling Out of Control

Putin warns situation in Korean peninsula has deteriorated

Στα 7,1 εκατ. ευρώ οι αμοιβές των συμβούλων του Τσακαλώτου!


Παρασκευή, 28 Απριλίου 2017 Μεταξύ των οποίων ο χρηματοοικονομικός όμιλος παροχής συμβουλευτικών υπηρεσιών Rothchild όσο και οι σύμβουλοι του υπουργού Οικονομικών, Γκλεν Κιμ (γνωστός από την θητεία του στο πλευρό του Γιάνη Βαρουφάκη) και Πίτερ Λεγκλέρ Μπορεί ο Ευκλείδης Τσακαλώτος να... εμφανίζεται αρκούντως πρόθυμος να συμφωνήσει με τους επικεφαλής των θεσμών για την επιβολή επιπλέον μέτρα λιτότητας στον μέσο Έλληνα πολίτη, ωστόσο, την ίδια ώρα, το υπουργείο Οικονομικών είναι κάτι παραπάνω από γενναιόδωρο στα ποσά τα οποία εγκρίνει, προκειμένου να πληρωθούν οι σύμβουλοι του κ. Τσακαλώτου. Σύμφωνα με σχετική απόφαση, την οποία επικαλείται το newmoney.gr, οι συμβουλευτικές εταιρείες και οι επονομαζόμενοι ως «ειδικοί εμπειρογνώμονες», τους οποίους απασχολεί το υπουργείο Οικονομικών, θα λάβουν συνολικά το ποσό των 7,1 εκατ. ευρώ! Αξίζει να σημειωθεί ότι, μεταξύ των συμβούλων του κ. Τσακαλώτου, περιλαμβάνονται τόσο ο χρηματοοικονομικός όμιλος παροχής συμβουλευτικών υπηρεσιών Rothchild όσο και οι σύμβουλοι του υπουργού Οικονομικών, Γκλεν Κιμ (έγινε γνωστός σε όλους ως σύμβουλος του Γιάνη Βαρουφάκη) και Πίτερ Λεγκλέρ! protothema.gr

Senators claim Trump briefing on North Korea was pointless

A China-Russia Alliance?

US war fleet within ‘STRIKE RANGE’ of North Korea, ready for WW3 - DAILY...

‘Move missiles to Hawaii NOW’ Top US commander in SHOCK North Korea war ...

North Korea threatens US with 'nuclear sword of justice' in chilling war...

North Korea says 'we will NEVER stop nuclear tests - DAILY NEWS

lundi

BREAKING - US preparing to 'EVACUATE 230,000 Americans from South Korea'

North Korea warns of 'great war' as US tensions escalate

Senators invited to White House for North Korea briefing

⚔️ BIG TROOP MOVEMENTS - China and Russia Form Alliance Against USA

�� WAR DRUMS - Trump Summons US Senate for Military Briefing on North Korea

Trump sends BIGGEST nuclear sub to stop North Korea firing nuke TODAY - ...

North Korea vows to 'leave NO MAN ALIVE' as US war fleet nears peninsula...

BREAKING - Close door emergency meeting at the White House as the Armada...

dimanche

STIVE MORGAN - Ice And Fire (HQ Sound,High Definition)

Breaking News: Today North Korea Launches Again Despite US Tensions

North Korea Warns US Of ‘All-Out War’ Amid Growing Tensions | TODAY

"We have no choice": US ready to hit North Korea as Donald Trump boasts ...

Russia's Electronic Weapons Can Easily Neutralize the U.S. Air Force And...

China, Russia send spy ships after U S aircraft carrier USS Carl Vinson

President Trump orders all options against N. Korean nuclear threat: McM...

U.S. willing to "take action" on North Korea

The US may find itself fighting on three fronts, thanks to Trump

BREAKING - China & Russia send ships after U.S. aircraft carrier!!

Fears rise of U S strike on North Korea Trump's national security advis...

Fears rise of U.S. strike on North Korea

End of The world: North Korea Will Send Their Mi55il3 To USA (California...